Accueil > Infos > CDUMP NEIN DANKE !

CDUMP NEIN DANKE !

les droites européennes nous veulent du mal...

vendredi 10 février 2012

Les prestations passées et à venir d’Angela Merkel en soutien à Nicolas Sarkozy ne relèvent pas d’un "hégémonisme allemand", mais sans aucun doute d’une réelle hégémonie de la vision de la droite allemande sur le projet économique et social de l’UMP et de son candidat à la Présidentielle.
Les fondamentaux du modèle Merkel sont construits autour d’une vision quasi messianique de la rigueur financière, du primat de la capacité exportatrice, d’une pression sur les salaires, d’une réduction drastique des droits des chômeurs. Des éléments majeurs de cette orientation ont été en réalité partagés et mis en oeuvre par la social-démocratie allemande. C’est en effet le gouvernement Schröder, appuyé par le SPD et les Verts , qui a mis en place de 2003 à 2005 une réforme radicale du marché du travail réduisant la durée des allocations chômage, attribuant de faibles prestations aux chômeurs "de longue durée" (au delà de 12 mois, sauf pour les plus de 55 ans), imposant à ceux/celles-ci des conditions d’embauche en deçà de celles définies par les conventions collectives de branche. Les personnes contraintes d’accepter des d’emplois au rabais, bénéficient souvent, à un niveau misérable, de l’équivalent d’un salaire minimum interprofessionnel, encore inexistant en Allemagne. Cette politique a abouti à la paupérisation d’une partie importante de la population allemande.

Au niveau européen, Merkel et Sarkozy se retrouvent pour tenter d’imposer le contrôle direct des choix politiques des Etats, à travers leurs budgets , voire des sanctions automatiques en cas de refus de la Doxa libérale.
L’offensive pour l’austérité est mise en cohérence par le projet de traité européen paraphé au sommet de Bruxelles le 30 janvier.

En outre, le risque de voir dérégulé partout le marché du travail nécessite une riposte d’ensemble
La bataille se livre de la Grèce au Portugal, à travers des mobilisations populaires opiniâtres, les secteurs sociaux les plus avancés se posant parfois la question de formes d’appropriation collectives pour répondre à la dictature du capitalisme financiarisé.
La Confédération des syndicats européens, souvent timorée, s’est cette fois prononcée contre le traité sur la discipline budgétaire. Elle appelle à manifester contre l’austérité partout en Europe.
C’est un premier rendez-vous majeur pour la gauche de transformation sociale et écologique

Les campagnes électorales en cours et à venir seront l’occasion d’informer largement sur la dangerosité du projet Merkel-Sarkozy, de refuser la pensée et le projet uniques des libéraux.
François Hollande a fait savoir que, si il était élu, il renégocierait le traité avant de le soumettre au Parlement. L’expérience de la campagne du "non de gauche" au Traité Constitutionnel Européen, et la triste manipulation qui a conduit à l’acceptation par le Parlement d’une version à peine édulcorée du texte rejeté par le peuple, incitent à la vigilance et à la mobilisation.
Comme en Allemagne ou, après le refus massif et victorieux du nucléaire, des mobilisations syndicales s’engagent pour la hausse des salaires et la mise en place, enfin, d’un salaire minimum interprofessionnel.
Nous ne laisserons pas Sarkozy et Merkel, politiciens et sursis, remodeler l’Europe sur le modèle CDUMP.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?