Accueil > Positions > LES ALTERNATIFS COMMUNIQUES EDUCATION, GENRE, ZEP

LES ALTERNATIFS COMMUNIQUES EDUCATION, GENRE, ZEP

vendredi 7 février 2014

Nouvelle offensive réactionnaire de la droite et de l’extrême droite contre l’école

L’organisation de « journées de retrait » des enfants à l’école sous prétexte qu’on leur apprendrait une prétendue « théorie » du genre, comme les manifs du 2 février contre le dispositif « ABCD de l’égalité » mis en place dans certaines académie, montrent dans quel climat délétère notre pays s’enfonce et confirment la poussée des forces réactionnaires maintenant prêtes au combat.
Mensonges et amalgames sont utilisés pour entretenir la rumeur et faire régner un climat de peur cassant toutes relations de confiance, pourtant indispensables à la scolarité épanouie des élèves, entre les familles et les équipes d’enseignant-e-s.
Mensonges et amalgames abondamment relayés qui combinent :

· Un discours anti pédagogie (« les conceptions constructivistes (1) sont responsables de l’illettrisme ».

· Un discours contre la laïcité (« L’école de Jules Ferry a coupé l’enfant de Dieu »).

· Un discours pour une école autoritaire reposant sur la supériorité du maître (« les enseignants n’ont plus le droit de transmettre aux enfants »).

· Un discours d’ extrême droite : « Freud ce pervers juif et franc maçon ».

- Un discours visant à maintenir les stéréotypes et les inégalités dans la société.

- Enfin un discours calomnieux (« le concepteur de l’éducation sexuelle est un pédophile qui préconise l’enseignement de la masturbation en classe »).

La « théorie » du genre serait enseignée dans les classes dès la maternelle. En réalité « LA THEORIE » DU GENRE N’EXISTE PAS.

Des recherches sur le genre sont effectivement entreprises depuis plus de 20 ans aux Etats-Unis puis en France. Mais des recherches, même si elles ouvrent de nouvelles perspectives n’établissent pas une théorie. (Elles ont permis de montrer que le genre peut-être un outil d’analyse, de classification et de hiérarchisation). Les études de genre permettent de mieux comprendre quels sont les ressorts de la domination masculine et comment et pourquoi les inégalités entre femmes et hommes se construisent et perdurent.

Soyons vigilant-e-s, ne laissons pas les intégristes ou obscurantistes de tous poils contrecarrer les progrès réalisés en terme d’égalité et d’émancipation dans nos écoles comme dans la société !

(1) celles qui favorisent l’autonomie de l’enfant

Commission Education des Alternatifs, le 7 février 2014


Education prioritaire : Où est la refondation ?

Le plan pour l’éducation prioritaire récemment présenté par Vincent Peillon n’infléchit en rien les politiques précédentes de destruction menées par la droite sarkozyste. 100 établissements puis, promet-on, bientôt 350 seront classés en éducation prioritaire. C’est peu au regard des besoins urgents, surtout lorsque près de 10% des établissements actuellement classés en zone prioritaire en sont exclus dans ce nouveau plan. L’austérité budgétaire mise en place par le gouvernement Hollande-Ayrault pèse lourd dans l’absence de véritables moyens mis en place pour « refonder » l’éducation prioritaire

Les décharges horaire promises au collège pour les personnels (16,5 h au lieu de 18h présence élèves) risquent fort de se transformer en heures supplémentaires pour les personnels dans le cadre de dotations horaire étriquées pour la rentrée prochaine. Dans le primaire les 9h de décharge par an sont trop flous pour véritablement engager des dynamiques permettant de remédier aux difficultés des élèves
> Enfin c’est toujours la même conception managériale qui inspire le ministère qui prétend soutenir le terrain mais impose que les conseillers pédagogiques auprès des équipes soient nommés par les corps d’inspection et avec les coordonnateurs (inter degré, par niveau, par discipline) c’est bien une hiérarchie intermédiaire qui est créée et qui est appelée à bénéficier d’avantages matériels prévus (avancement de carrière plus rapide au détriment des autres enseignant-e-s). Ce n’est pas en divisant les personnels qu’on améliorera les conditions d’enseignement et d’études pour les élèves.
La véritable défense des zones prioritaires ce sont les personnels des établissements prioritaires des Hauts de seine et de Seine Saint Denis en grève actuellement pour de meilleures conditions de travail à la rentrée prochaine qui la mènent.

Partisans d’un système éducatif placé sous le double signe de l’émancipation et de l’autogestion, les Alternatifs sont favorables depuis toujours à la priorité accordée à la lutte contre les inégalités sociales, territoriales et éducatives, et à la lutte contre l’échec scolaire qui pénalise d’abord les enfants des milieux populaires.

C’est pourquoi le principe même des Zones d’Education Prioritaire (« donner plus à ceux qui ont moins ») demeure pour les Alternatifs un acquis de toujours, qu’il faut défendre et refonder à la fois.

En effet, pour que les ZEP puissent jouer tout leur rôle, leur redéfinition sur des critères sociaux est indispensable, de même qu’une réorientation d’ensemble de la politique budgétaire et éducative.

Dans ce sens, ce qui est à l’ordre du jour, c’est l’arrêt immédiat de l’austérité et du grignotage systématique des moyens accordés à l’éducation prioritaire ; l’augmentation massive des moyens et des postes pour le travail en équipe et l’inclusion de la concertation des équipes pédagogiques dans le service enseignant pour l’ensemble des personnels -et non pas pour une partie d’entre-eux- ; le pilotage des ZEP par les personnels eux-mêmes, sans caporalisation hiérarchique comme c’est le cas dans le projet Peillon.

Sans de telles mesures, le projet Peillon n’aboutira qu’à une gestion de la pénurie, à la division des personnels et à la continuation de l’affaiblissement des ZEP à peine dissimulé par quelques avancées dont la fonction sera celle de l’alibi.
Dans toutes les ZEP, la mobilisation unitaire s’impose pour déborder le cadre étriqué et ambigü du projet Peillon, refonder les ZEP pour en faire les véritables outils dont les enfants et les jeunes des quartiers populaires ont tant besoin !

La Commission Education des Alternatifs, le 7 février 2014

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?