Accueil > Infos > AUTOGESTION Présentation-débat autour du livre : "Occuper, Résister, (...)

AUTOGESTION Présentation-débat autour du livre : "Occuper, Résister, Produire"

vendredi 29 janvier 2016

Vous êtes invités le JEUDI 4 FEVRIER (de 18 à 20h) à une présentation-débat autour du livre "Occuper, Résister, Produire" : Autogestion ouvrière et entreprises récupérée en Argentine (les éditions Syllepse), écrit par Andres Ruggeri, anthropologue et sociologue à l’Université de Buenos Aires. L’évènement, co-organisé par l’Institut des Hautes Etudes de l’Amérique Latine (IHEAL) et la maison d’éditions Syllepse, se déroulera dans l’amphithéâtre de l’institut.

La présentation sera animée par :

Andrés Ruggeri, l’auteur du livre, anthropologue et sociologue à l’Université de Buenos Aires. Compagnon de lutte des entreprises récupérées, il coordonne depuis 2002 le programme universitaire « Facultad Abierta » qui s’est spécialisé dans la recherche, le soutien et le conseil aux entreprises récupérées

Richard Neuville, auteur de la préface du livre, syndicaliste, militant altermondialiste, animateur de l’association pour l’autogestion et membre du comité international de « l’économie des travailleurs ».

Maxime Quijoux, docteur en sociologie de l’IHEAL-CREDA, chargé de recherche au CNRS, au sein du laboratoire Printemps, et auteur du livre Néolibéralisme et autogestion. L’expérience argentine (les éditions de L’IHEAL).

La séance est ouverte au public : TOUS LES PARTICIPANTS DOIVENT S’INSCRIRE AVANT JEUDI 4 FEVRIER MIDI (12h). N’oubliez pas votre carte d’identité/ou d’étudiant.

Pour vous inscrire, envoyez un mail à :
romain.descottes@yahoo.fr

Résumé du livre :

Émergées dans la foulée de la débâcle de l’économie argentine, les entreprises récupérées par leurs travailleurs ont démontré la possibilité d’une économie et d’une société sans patrons et gérées par les salariés. Il s’agit ici bel et bien d’autogestion, dont la problématique peut ainsi être envisagée à l’échelle de la société tout entière.

Depuis plus de dix ans, ces entreprises récupérées produisent, font vivre des milliers de salarié-es et se multiplient. Il ne s’agit donc pas d’un lointain souvenir de la crise de 2001, mais d’une pratique sociale durablement ancrée dans la réalité argentine et plus largement latino-américaine.

Fruit d’une recherche mené au sein de l’Université de Buenos Aires, ce livre nous invite à la découverte de cette « construction collective de l’autogestion ».

Les entreprises récupérées ont concrétisé la capacité des travailleurs à mettre en fonctionnement des établissements considérés comme non viables par les capitalistes et la technocratie économique. Elles ont ouvert la voie à la possibilité d’une autre économie et d’une société fonctionnant sur d’autres critères que la rentabilité capitaliste.

Ces expériences sans patrons nous interpellent fortement en attirant notre regard sur la trace laissée en France par Lip et qui s’incarne aujourd’hui à Fralib et à la Fabrique du Sud.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.