Navigation rapide

Accueil > Alternatifs > Commissions des Alternatifs > EDUCATION et EVALUATION

EDUCATION et EVALUATION

vendredi 20 janvier 2012

Evaluation des ensignant-e-s
Néolibéralisme ou autogestion : choisissons !

Tract de la commission éducation pour la grève nationale du 15 décembre 2011

Le projet de décret visant à modifier l’évaluation des enseignant-e-s est une pièce maîtresse dans le dispositif de destruction du service public d’éducation et de mise en place d’une école libérale préparé depuis plusieurs années par la droite. Confier l’évaluation des enseignant-e-s du secondaire au chef d’établissement et lui permettre de déterminer le rythme d’avancement de la carrière des personnels ou évaluer les professeur-e-s des écoles à l’issue d’un entretien basé sur la culture du résultat n’auront aucun effet positif sur les élèves. Les objectifs sont bien d’avoir des personnels plus malléables, de les mettre en concurrence en individualisant leur carrière, de freiner leur évolution et, à terme, de casser le statut actuel des enseignant-e-s et préparer le recrutement local de l’ensemble des personnels de l’Éducation Nationale.

Ce projet constitue une véritable régression non seulement pour les enseignant-e-s mais aussi pour l’ensemble des usagers du service public. Il s’inspire directement des propositions de l’UMP visant à mettre en place des établissements scolaires autonomes dirigés par un-e chef d’établissement promu chef d’entreprise recrutant « ses enseignant-e-s » mais aussi « ses » élèves au nom du libre choix de l’établissement laissé aux familles.

Véritable clé de voûte de l’ensemble du dispositif néo libéral, ce projet d’évaluation des enseignant e-s, s’il est adopté, permettrait la mise en concurrence de tous les établissements scolaires et créerait les conditions de la mise en place d’une école à « plusieurs vitesses », donc, pour les élèves et leurs familles, d’un système scolaire encore plus sélectif et plus inégalitaire.

Une riposte à la hauteur de l’attaque est nécessaire.

L’appel à la grève de la quasi-totalité des syndicats enseignants est une première étape indispensable de la riposte mais il faut l’inscrire dans la durée et construire une mobilisation d’ampleur pour faire reculer Chatel. C’est possible si nous, personnels et usagers du service public, ensemble, nous luttons !

RETRAIT DU PROJET D’ÉVALUATION DES ENSEIGNANT-E-S MAIS CHANGEMENT RADICAL DU SYSTEME ACTUEL

L’ÉDUCATION DOIT RESTER UN SERVICE PUBLIC

LES ENSEIGNANT-E-S DOIVENT GARDER LEUR STATUT DE FONCTIONNAIRE D’ÉTAT qui leur permet d’exercer leur métier sans ingérence clientéliste.

MAIS NOUS DEVONS AUSSI PASSER A L’OFFENSIVE. Débattons ensemble, personnels et usagers, citoyens et citoyennes, dans des forums locaux de l’école que nous voulons, de son organisation.

Pour nous, Alternatifs, la transformation radicale du système éducatif est à l’ordre du jour : les hiérarchies pédagogiques et administratives n’ont jamais été que des instruments d’infantilisation des personnels de l’Éducation et ont été, durant ces dernières années, les vecteurs essentiels du remodelage néolibéral de l’école. C’est pourquoi nous exigeons le retrait du projet de décret visant, dans l’enseignement secondaire, à transformer les chefs d’établissement en chefs d’entreprise, sans pour autant défendre le système de l’inspection.

S’opposer à l’école néolibérale, c’est donner davantage de pouvoir aux usagers, aux équipes pédagogiques et éducatives. Nous ne défendons pas le statu quo actuel basé sur l’inspection, en tant que hiérarchie pédagogique : subjective, infantilisante et vecteur des contre-réformes néo-libérales sur les contenus d’enseignement, l’inspection doit être supprimée et remplacée par un dispositif d’évaluation pédagogique alternatif au système existant. En effet, l’École est un enjeu de société : une véritable évaluation du travail enseignant est donc nécessaire. Encore faut-il que cette évaluation soit formative et non pas normative, et elle ne doit en aucune manière être confiée à une hiérarchie, inspecteurs ou chefs d’établissement, incapable d’évaluer réellement le travail enseignant et d’aider à des pratiques pédagogiques émancipatrices

Nous défendons l’idée que cette évaluation alternative à l’inspection doit :
- être collective (évaluation d’équipes pédagogiques)

  • elle doit être inséparable de la réorganisation du travail enseignant en véritables équipes pédagogiques, avec créations massives de postes et temps de concertation intégré au service des enseignant-e-s sans allongement de la durée du travail ou de la présence dans les établissements
  • elle doit être déconnectée de l’avancement de carrière des personnes.
  • elle doit enfin faire l’objet d’un véritable débat dont les modalités doivent être décidées par les personnels eux-mêmes et pas de pseudo-concertation alibi de décisions déjà prises par un ministère aux ordres et complètement incompétent

Le/la « chef » d’établissement doit être également élu-e pour une durée limitée par les personnels et le rôle des Conseils d’Administration des établissements scolaires doit être renforcé en même temps qu’élargi - réellement - aux usagers et plus particulièrement aux élèves.

Ecole néo-libérale ou autogestion : choisissons !

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?