Accueil > Alternatifs Paris Sud > Actions Paris Sud > QUARTIERS DEBOUT PARIS 13e

QUARTIERS DEBOUT PARIS 13e

mardi 29 novembre 2016

C’est la suite des Nuits Debout dans notre arrondissement
compte rendu de Jacques

Quartier Debout Paris 13

Réunion du dimanche 27 novembre 2016 au café Le Dunois

Présence encore une fois peu nombreuse, mais on continue et on ne lâche pas.

La question des déchets

La veille a eu lieu à Ivry une manifestation de collectif 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) contre le projet d’extension de l’incinérateur d’ordures situé en limite de Paris (à côté du MK2, de Leroy Merlin et Castorama) et de la construction d’une usine de biogaz. Petite affluence (une centaine de personnes) et présence d’un candidat à la présidentielle.

Solange nous parle brièvement de l’expérience de compostage au square Héloïse et Abélard. Les habitants du quartier qui ne disposent pas de composteur (fourni gratuitement par la mairie) dans leur cours d’immeuble peuvent y apporter leurs déchets végétaux. Afin de permettre à plus de gens de bénéficier de ce service, il est question d’essaimer cette expérience au plus près des différents lieux d’habitation.

Elle nous présentera plus longuement cette expérience lors d’une de nos réunions de janvier (à programmer).

Rénovation de l’habitat social

La loi ALUR (loi Duflot sur le logement et l’urbanisme) et la loi de transition énergétique préconisent l’isolation thermique des logements ce qui doit permettre de réduire les dépenses d’énergie pour les habitant-es et limiter le réchauffement climatique. A notre connaissance ces lois n’en font pas obligation mais il semblerait qu’il y ait des subventions à la clé. (si quelqu’un-e est au courant, ce serait bien qu’il-elle le fasse savoir sur cette liste).

Rénovation de l’îlot Say (où se trouve le café Le Dunois)

La RIVP a saisi l’occasion de ces lois pour entreprendre des travaux de rénovation, qu’elle n’avait pas effectués depuis la construction au début des années 70.

Cela inclut une isolation thermique minimale. Les Salles de bains seront également refaites mais il n’est pas question de rénover les circuits électriques ni de faire des travaux d’isolation phonique.

La qualité n’est pas au rendez-vous et les travaux souvent défectueux.

Les locataires subissent de graves préjudices : les travaux sont programmés sur une plage très large de 15 jours laissant à l’entreprise le loisir d’intervenir quand bon lui semble sans soucis des occupants. Ces derniers doivent ainsi laisser leurs clés pendant tout ce laps de temps à moins de rester sur place (et prendre des jours de congés pour ceux et celles qui travaillent) pour ouvrir à la moindre intervention et subir les nuisances en direct.

Pour l’instant la mairie a affirmé que les loyers ne seraient pas augmentés. Mais une diapo présentée lors de la réunion d’information indiquait une participation financière des locataires de l’ordre d’un million €.

Ailleurs dans le 13e

D’autres rénovations sont signalées qui se sont passées dans des conditions différentes :

Rue Regnault il y a plusieurs années dans un immeuble RIVP, les locataires ont été transférés tour à tour dans un appartement vide de l’immeuble pendant la durée de la rénovation de leur logement puis réintégrés.

A la cité Daviel (Bd Blanqui et rue Daviel), les habitants ont également été déplacés.

Ailleurs des immeubles ont été démolis et reconstruits (Paul Bourget, porte d’Italie) ou vont l’être (Tolbiac/Moulin des Prés – immeuble de la Sablière entre Austerlitz et la Pitié)

Dans tous ces cas se pose la question de ce que deviennent les locataires (départ définitif, relogement dans une autre cité) et de la catégorie de logements construits (la Ville privilégie en effet les logements dits « intermédiaires »)

Il serait intéressant que ceux d’entre nous qui ont réponse à ces questions le fassent savoir sur cette liste.

Comment s’organiser ?

Là où cela s’est bien passé, une association active de locataires avait interpellé la Mairie et les bailleurs et surveillé les entreprises et les travaux.

Les entreprises travaillent en effet au moindre coût, économisant sur les matériaux, sous-traitant au maximum et utilisant une main d’œuvre peu qualifiée, mal encadrée et ne parlant pas toujours français (ce qui pose un problème de communication avec les habitants).

En l’absence d’une association de locataires dûment constituée, rien n’empêche les voisins de se concerter et de se grouper pour faire valoir leurs revendications, quitte à se faire aider par l’une des organisations existantes.

Info sur les tentes de la Salpétrière

Dominique est passé discuter avec des personnes logeant dans des tentes devant l’entrée historique de la Pitié. Il y a une cinquantaine de tentes occupées en nombre à peu près égal entre ressortissant-es de l’Union Européenne (roumain-es) et ressortissant-es d’autres pays (Afrique du Nord notamment).

Il va à nouveau signaler le fait au collectif migrants du 13e

Prochaines rencontres au café le Dunois : 4, 11 et 18 décembre - Rendez-vous à 17h devant le café

Pour l’instant deux thèmes sont en suspend :

­ « Handicap autre forme d’exclusion »

­ « Le vivre ensemble : éducation,et parentalité- quelle transmission de la culture)

Par ailleurs le samedi 3 décembre comme tous les premiers samedis de décembre aura lieu la marche des chômeurs et précaires entre Stalingrad et Place Clichy (départ 14h).On pourrait également échanger sur et à partir de cette manifestation

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.