Accueil > Infos > OU VA PODEMOS ? éléments d’analyse

OU VA PODEMOS ? éléments d’analyse

lundi 13 février 2017

Ce week-end (11 et 12 février) s’est tenu à Madrid la deuxième assemblée citoyenne/congrès de Podemos : Vistalegre II, quelques réflexions à chaud.

Contexte

1. Vistalegre I en octobre 2014 avait fixé comme objectif principal la prise du pouvoir lors de législatives de décembre 2015. Le modèle organisationnel, la machine de guerre électorale, avait en conséquence fait l’impasse sur la démocratie interne pour mettre l’accent sur l’efficacité.

2. L’objectif initial de Podemos n’a pas été atteint – prendre le pouvoir rapidement. Dans le même temps, le PP a réussi à se maintenir au pouvoir grâce à l’abstention du PSOE, comme dénouement d’une crise politique longue de plusieurs mois.

3. Face à la nécessité de redéfinir les objectifs, la stratégie et par conséquent le modèle organisationnel, trois courants se sont structurés. Les deux principaux, les pablistas, partisants de Pablo Iglesias, et les errjonistas, partisants de Iñigo Errejon, le numéro deux du parti, ont polarisé le débat à un niveau tel qu’ils ont mis en danger l’intégrité du parti. Anticapitalistas, à l’inverse, est apparu comme ayant une position responsable (n’alimentant pas la polarisation et les animosités) et cohérente (par rapport à ce qu’ils avaient défendu en 2014).

Vistalegre (pour le nom du palais des sports dans lequel se déroulait le congrès)

4. Le congrès est loin d’être un exercice démocratique mais plutôt une démonstration de force lors de laquelle prime l’aspect meeting sur le débat d’idée. Il n’y pas eu, au préalable, un véritable débat dans les cercles, les structures de bases du parti, mais plutôt une bataille par médias interposés. Les inscritos, les personnes inscrites sur internet, avaient la possibilité de voter en ligne lors de la semaine précédant le vote et jusqu’au samedi soir du congrès.

5. Environ 9000 personnes (nombre maximale d’entrées dans le palais des sports) étaient présentes lors du week-end. 155 000 personnes ont voté en ligne, ce qui constitue un record de participation pour Podemos.

6. 4 textes – politique, organisationnel, étique et « d’égalité » -, ainsi que la rénovation de la direction étaient soumis au vote.

7. Le slogan le plus repris par les participants au congrès a été, de loin, celui de l’unité forçant les deux principaux protagonistes a baissé le niveau d’affrontement. Face au risque de rupture, les bases ont pris le parti de l’unité du parti.

Résultat de Vistalegre

8. Déjouant les pronostics, la liste et les documents de Pablo Iglesias ont obtenu une majorité absolu (autour de 54% pour les textes et de 50,8% pour la liste). Le secteur d’Errejon sort très affaibli de ce congrès avec 33,7% des voix. Quant à Anticapitalistas, avec 13,1%, ils obtiennent un résultat correct et ont considérablement gagné en reconnaissance – Miguel Urban étant incontestablement l’orateur le plus applaudi lors de Vistalgre.

9. Le système de représentation interne au sein de la direction favorise grandement les deux principales listes. Anticapitalistas avec 13% des voix n’obtient que 2 sièges sur les 62 du Conseil Citoyen National, la direction.

10. Au plan politique, le projet d’Iglesias encre clairement Podemos dans l’opposition au gouvernement et met l’accent sur la nécessité de la mobilisation sociale (assez proche des thèses défendues par Anticapitalistas) face à l’option plus modérée d’Errejon – travail plus étroit avec le PSOE pour gagner des exécutifs locaux et par conséquent en crédibilité.

11. Sur le plan démocratique/organisationnel, Podemos reste un parti extrêmement vertical, centré sur son secrétaire général en privilégiant la logique plébiscitaire. Anticapitalistas et dans un moindre mesure le secteur d’Errejon – même si on peut douter de la sincérité de ce dernier – réclamaient un parti plus décentralisé, plus pluralistes, dans lequel les cercles puissent réoccuper le devant de la scène.

12. Iglesias bénéficie d’une nouvelle direction qui lui est majoritairement fidèle et qui lui sera très probablement loyale. Les prochains jours détermineront si Iglesias cherchera à intégrer les deux autres courants en leur laissant des postes importants dans sa nouvelle direction.

A partir des notes d’un participant (proche du courant gauche anticapitaliste de Podmeos)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.