Accueil > Débats et propositions > MARS HEURE DE VERITE POUR LES MOBILISATIONS SOCIALES

MARS HEURE DE VERITE POUR LES MOBILISATIONS SOCIALES

mercredi 7 mars 2018

Le mois de mars 2018 sera décisif pour la reconstruction d’un rapport des forces favorable contre les projets d’agression du gouvernement. Plusieurs dates d’actions unitaires sont annonc ées :
- Le 8 mars à 15h40 : grève et manifestationsà l’appel des mouvements féministes, associatifs, syndicaux

- Le 15 mars : nouvelle grève EHPAD (intersyndicale complète) et manifestations partout des re-traités, là aussi dans l’unité syndicale.
Il faut souligner que la protestation contre la hausse de la CSG mobilise beaucoup et que les AG de préparation sont des succès. Par ailleurs, des débats ont lieu pour que les cortèges retraités et EHPAD se rejoignent.

- Le 15 mars encore : un appel jeunes lycées, sur les réformes bac + sélection, à l’appel des syndicats lycéens.
De plus, une mobilisation importante a démarré à Nanterre le 6 mars (fac blo-quée).

- 14 mars : prise et connaissance du projet SNCF officieL : contenu des ordonnances.
- 15 mars : réunion de 4 syndicats SNCF pour préciser une ligne d’action.

- Le 22 mars : grève fonction publique (6 syndicats), et manifestation nationale des cheminots (CGT et SUD). A Paris, deux manifestations différentes, mais qui vont converger ensuite en une seule : fonction publique et SNCF.

- Dans les jours qui suivront : grève SNCF probable (CGT, SUD, UNSA, CFDT).

Parallèlement, le gouvernement poursuit son projet de bouleversement de l’assurance-chômage, de la formation professionnelle, et de l’apprentissage. La
divulgation du projet de loi est différée à mi-avril, ce qui donne plus de temps pour réagir dans un contexte d’isolement tragique des organisations de chômeurs.
Celles-ci envisagent une action autour du 22 mars. La nécessité d’un soutien politique est toujours totalement d’actualité.

Les mobilisations de mars se font avec des intersyndicales significatives, impliquant même parfois la CFDT (SNCF). Ce qui est un bon point d’appui.
Les mobilisations se préparent dans le contexte d’une campagne idéologique très dure du gouvernement contre tous les conquis sociaux,
tout ce qui s’apparente à des droits collectifs, des statuts, une Sécurité sociale. Macron cherche à disqualifier tous les droits au profit de la concurrence
des compétences, de l’employabilité monnayée, de l’individualisation des premiers de cordée qui se battent sur les marchéset deviennent auto-entrepreneurs (start up nation).

Dans ce contexte, la nécessité évidente de la convergence unitaire des luttes, de l’unité d’action, doit être soutenue mais aussi s’accompagner d’une offensive pour des alternatives : la portée libératrice des statuts, les alternatives aux privatisations, des transports écologiques, des services publics démocratisés où les usagers peuvent intervenir et agir.
L’intervention commune des forces politiques opposées à Macron
est donc nécessaire, pour aider l’action et faire des contre-propositions.
Sur certains dossiers (chômage par exemple), le gouvernement prend la précaution de ne pas trop se couper des « partenaires sociaux », pour acheter des compromis politiques. L’issue de l’affrontement social reste ouverte

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.