Accueil > Alternatifs Paris Sud > Actions Paris Sud > PARIS 13e LA SOLIDARITE AVEC LES CHEMINOTS SE PREPARE !

PARIS 13e LA SOLIDARITE AVEC LES CHEMINOTS SE PREPARE !

mercredi 14 mars 2018

Sur notre blog ALTERNATIFS PARIS SUD toutes les informations en temps réel

La première réunion pour jeter les bases de ce comité a eu lieu lundi 12 mars

syndicats et formations politiques présents SUD Rail, Union Locale Solidaires, Union Locale CGT, Ensemble, FI , PCF, EELV et Génération.s

Nous avons bien avancé vers la création d’un comité de mobilisation d’usager.e.s et habitant.e.s, avec le soutien des formations politiques et syndicats mais surtout avec la volonté qu’il soit l’affaire des habitant.e.s des5e et 13e arrondissements.

Dans le 13e, 2 gares sont tres fréquentées : Austerlitz (banlieue et grandes lignes) et Grande Bibliothèque (RER)
Sont envisagés dans l’arrondissement des tracts courts pour rythmer l’information, un premier avant la journée d’action du 22 mars ; ensuite une déclinaison sur plusieurs thèmes (services publics , errements technocratiques qui ont conduit aux dysfonctionnements, refus des privatisations et exemples étrangers, solidarité populaire, écologie etc)
Présence sur les réseaux sociaux, initiatives dans les gares, temps forts dans nos quartiers (rassemblements festifs etc.)


Ci-dessous un premier argumentaire en discussion

Tous précarisés ou tous solidaires, à nous de décider !

Usagers du train, réguliers ou occasionnels, nous nous souvenons des mots d’Emmanuel Macron à la station F, à deux pas de la gare d’Austerlitz : « « Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien ».

La plupart d’entre nous ne sommes donc rien. Mais c’est encore trop car figurez-vous, nous serions aussi pour ces gens-là des « pri-vi-lé-giés » :

Pri-vi-lé-giés si nous sommes cheminots : « "Je ne peux pas avoir d’un côté des agriculteurs qui n’ont pas de retraite et de l’autre avoir un statut cheminot et ne pas le changer" toujours pour M Macron.

Pri-vi-lé-giés si nous sommes retraités, quand on pense aux jeunes qui galèrent et risquent de ne pas avoir de retraite : on peut donc augmenter notre CSG

Pri-vi-lé-giés, les locataires, nous avons un logement : on nous prend donc 5 euros d’APL et on va supprimer l’encadrement des loyers

Pri-vi-lé-giés, encore plus, les locataires Hlm ; on va vérifier si nous avons le droit d’y rester et on va taxer nos offices Hlm

Pri-vi-lé-giés, les smicards, nous avons un emploi : certains voudraient remettre en cause le SMIC

Et nous qui n’avons pas d’emploi, les chômeurs, on dit aux autres que c’est de notre faute, on nous soupçonne de ne pas chercher vraiment de travail. Nous serions des as-sis-tés !

« Privilégiés » ou « profiteurs », on nous dresse les uns contre les autres, catégorie par catégorie. Et nous perdons, les acquis sont remis en cause les uns après les autres comme l’a été le code du travail.

Pour les vrais privilégiés, « en même temps », tout va bien (le CAC 40 a gagné 37% en 5ans) mais leur avidité ne semble pas avoir de limites : pour eux, les services publics sont des gisements de dividendes futurs, ils sont privatisés les uns après les autres (bientôt les aéroports, les barrages,) et leurs salariés précarisés et pressurés.

Les vrais privilégiés n’aiment pas l’impôt qui finance les services publics, ils cherchent à y échapper, par l’évasion fiscale ou les cadeaux fiscaux qu’ils se votent. Le président de la commission des finances du Sénat a calculé que les 100 contribuables les plus riches vont économiser chacun en moyenne 1,5 million d’euros par an, 100 ans de SMIC net chacun par an, avec la suppression de l’ISF et la « flat tax » votés dans le budget 2018.

Alors oui, nous sommes presque tous les privilégiés de quelqu’un de plus à plaindre, nous serions même prêts à en discuter dans une société plus juste, à condition de prendre les choses dans l’ordre : dans la nuit du 4 août 1789, celle de l’ « abolition des privilèges », ce sont ceux des aristocrates qui ont été abolis. A ceux d’aujourd’hui de commencer les premiers !

Nous ne sommes pas dupes, nous voyons bien que M Macron compte battre les cheminots avec le soutien de l’ « opinion publique » façonnée par des éditorialistes amis. Mais nous ne nous laisserons plus diviser pour mieux nous précariser les uns après les autres.

Quoi que décident les cheminots, nous serons solidaires

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.