Accueil > Infos > IRAN, PALESTINE

IRAN, PALESTINE

mardi 26 novembre 2013

Hollande en Palestine et Israël : paroles, paroles,paroles...
A quand les actes ?

Lors de son récent voyage, F. Hollande a beaucoup parlé. Certes, il a réaffirmé le droit des Palestiniens à avoir leur propre État avec Jérusalem-Est comme capitale et il s’est dit opposé à la colonisation. C’était bien le minimum : c’est la ligne constante de la diplomatie française depuis des décennies. Mais au-delà de ces affirmations de principe qu’a t’il et que n’a t’il pas dit ?
Il a rendu un hommage fort à la démocratie israélienne en oubliant de rappeler les discriminations dont sont victimes les citoyens israéliens d’origine palestinienne qui représentent -ce n’est pas négligeable- un cinquième des habitants d’Israël et sans évoquer non plus l’expulsion en cours de 40 000 Bédouins du Néguev de leurs villages. On peut remarquer aussi la composition f fortement déséquilibrée de la délégation : de nombreux soutiens à Israël –dont les chefs d’entreprise complices parfois de la colonisation– et de trop rares personnes privilégiant le règlement du conflit par le droit.
Ce n’est pas ce que nous attendions de ce voyage. La France doit reconnaître l’État de Palestine comme l’on déjà fait 130 pays dans le monde. Elle doit s’opposer fermement à la colonisation et non par des petites phrases sans effet sur le pouvoir israélien ; elle doit cesser de soutenir le gouvernement israélien et renforcer son soutien et sa coopération avec l’État de Palestine. Enfin, au plan intérieur, le gouvernement français doit abroger immédiatement la circulaire scélérate Alliot-Marie sur le boycott des produits des colonies israéliennes.


Nucléaire militaire :après l’accord avec l’Iran, qu’attend-on pour s’occuper d’Israël ?
Opposés au nucléaire civil comme militaire, Les Alternatifs considèrent l’accord entre l’Iran et le groupe des 6 (Allemagne, Chine, États-Unis, France, Grande Bretagne et Russie) comme positif. Il est un frein à la prolifération nucléaire mais il demande confirmation. Un autre point positif est la levée –à terme– de l’embargo dont est victime la population iranienne.

Mais la principale menace nucléaire au Proche et au Moyen-Orient n’est pas la future et hypothétique bombe iranienne c’est la bombe israélienne qui, elle, est bien réelles et depuis longtemps : Israël possède entre 150 et 200 têtes nucléaires et les vecteurs nécessaires pour frapper tout adversaire potentiel, ce qui en fait la 5ème ou 6ème puissance nucléaire mondiale, à égalité avec la Grande Bretagne. Israël n’a jamais reconnu posséder cette bombe (obtenue grâce à l’aide française puis étasunienne) et a refusé de signer le traité de non prolifération nucléaire (T.N.P.N), ce qui le met à l’abri des contrôles de l’A.I.E.A. (agence internationale de l’énergie atomique) ! Israël doit signer le T.N.P.N., permettre le contrôle de ses installations nucléaires par l’A.I.E.A et démanteler son arsenal, principale menace pour la paix au Proche-Orient.
Non à la bombe atomique en Israël comme ailleurs.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?