Accueil > Infos > GUADELOUPE 23 OCTOBRE

GUADELOUPE 23 OCTOBRE

mardi 23 novembre 2021

Je pense que la situation en Guadeloupe est largement commentée en France depuis quelques jours, donc je ne ferai pas d’explications supplémentaires.
Sachez juste que
- les nombreux barrages restent en place et empêchent pratiquement toute circulation (la radio ce matin conseille fortement la population de rester chez eux)
- certaines stations-service ne sont plus approvisionnées et l’essence est officiellement rationnée (maximum de 20 litres)
- l’implication et l’auto-organisation des jeunes sur les barrages sont importantes (autrement dit ils ne sont pas forcément encadrés par les organisations syndicales) ; dans certains quartiers cela prend la forme d’une véritable ’guérilla’ qui ressemblent aux violences urbaines que nous connaissons en France, sauf que l’emploi d’armes à feu est plus importante ; l’arrivée du GIGN et du RAID n’a eu qu’un effet relatif pour l’instant ; des éléments criminels sont présents, que cela de ’petits délinquants’ ou des gens plus organisés (et armés)
- les agglomérations sont particulièrement touchées, mais il y a des barrages et des violences même dans les petites localités
- une armurerie a été cambriolée ainsi que le QG des garde-côtes situé dans un quartier particulièrement sensible où se trouvait une quantité d’armes et de munitions ; on rapporte aussi deux tentatives repoussées d’intrusion dans des gendarmeries
- un système de barrages filtrants est parfois opérationnel qui laisse passer les professionnels de la santé, mais même cela n’est pas toujours le cas. Au barrage de la Boucan aucun véhicule ne passe le pont et en cas de transport de malade les ambulances doivent déposer le patient d’un côté du pont alors qu’un autre véhicule vient le chercher de l’autre côté
- L’ARS rapporte que des professionnels de la santé ont été pris à partie ou agressés ; plusieurs pharmacies ont été saccagée
- des services publics sont fermées complètement ou partiellement parce que le personnels ne peut pas se déplacer ; beaucoup de poubelles sont ’ramassées’ par des manifestants et mises à travers de la route
- les entreprises privées également
Il est difficile de caractériser ce mouvement multiforme et incontrôlé. Ce n’est pas une ’grève générale’ car à mon avis en dehors de certains secteurs essentiellement dans le public il y a très peu de grévistes. Les principaux syndicats enseignants soutiennent le mouvement et soulignent à raison la situation difficile des jeunes Guadeloupéens. Mais les écoles sont fermées pour des raisons de sécurité donc impossible de savoir dans quelle mesure les enseignants sont solidaires du mouvement. Le terme d’’insurrection’ est de plus en plus utilisé.
Les dirigeants du mouvement restent fermes sur leurs positions et notamment le rejet de l’obligation vaccinale et du pass sanitaire. Il n’y a aucune prise en compte du faible taux de vaccination et aucune condamnation des complotistes et négationnistes dans leurs rangs. Leur attitude à l’égard des exactions (qu’ils ne nient pas) est au minimum ambivalente.
La société est polarisée et les discussions sur les réseaux sociaux sont animées. Il est impossible de savoir combien de personnes soutiennent le mouvement même passivement. Il est fréquent d’entendre des gens qui partagent ou comprennent les objectifs mais déplorent les méthodes utilisées, qu’on caractérise souvent de ’voyous’. Stoïcisme et résignation (on a peu l’habitude ici et on a vécu des cyclones) sont de mise.
Politiquement les indépendantistes qui mènent le mouvement sont une très petite minorité (ce n’est pas la Kanaky), mais il y a une méfiance massive envers le pouvoir central et ses représentants (parmi lesquels le préfet évidemment mais même l’ARS) et dans une très large mesure envers les élites politiques locales. Si Macron imagine qu’il peut s’en sortir en misant sur un ’dialogue’ avec les élus locaux c’est qu’il ne connaît rien de la Guadeloupe.
Je pense qu’il faut rester critique vis-à-vis des dirigeants du mouvement qui contournent ou ignorent la question de la vaccination et ont surfé sur une vague complotiste et négationniste. Et l’UGTG, qui est bien implantée dans certains secteurs et notamment au CHU où le taux de vaccination est curieusement plus faible qu’ailleurs, mérite sans doute en grande partie sa réputation de syndicat indépendantiste sectaire (je ne sais pas si c’est vraiment le mot juste). Par contre, ils ont effectivement réussi à faire parler des rapports entre la France et la Guadeloupe et mêle de l’indépendance, ce qui faisait sans doute partie de leurs objectifs.
Voilà pour aujourd’hui.

CF

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.